Throwback Thursday Livresque 2019-1

Par Callistta

Le Throwback Thursday Livresque est un rendez-vous hebdomadaire créé par BettyRose Books et repris par My-BoOks.

Le principe est simple : chaque semaine, un thème est choisi et il faut présenter une lecture qui y corresponde.

C’est l’occasion de ressortir un ancien livre de notre bibliothèque.

Le thème de cette semaine :

Une relique de votre bibliothèque que vous continuez d’aimer.

Mon choix

« N’galaari est une miniature de cheval d’une beauté inhabituelle. Ses instincts sont frémissants et j’ai l’impression qu’il connaît déjà la force de son nom. Il me fait penser à un chat. Tout en lui reflète l’intelligence.  » « Didango ressemble à un gros bébé qui n’aurait pas remarqué qu’il est devenu plus grand que tout le monde. Il serait même un tantinet impertinent. Il a de grands yeux de biche ornés de longs cils de star. Cela lui donne une douceur dans le regard qui me fait fondre. » « Nji Fonfon est l’aîné du groupe et a imposé son espace vital par quelques ruades bien sonnées. Il pense qu’il y a deux choses avec lesquelles on ne rigole pas dans la vie : bouffer et faire la sieste. » Le ton est donné. Stéphane et Véronique vont de découvertes en prises de conscience, aussi sensibles à leurs hôtes africains qu’à leurs chevaux, aussi passionnés par la culture de ce continent que par ses paysages sauvages où rode une vie animale toujours inquiétante. La présence de Véronique ajoute une touche féminine et une vision proche des choses qui complète les airs relevés qu’affectionne Stéphane. Ils forment un « duo magistral » qui donne au récit une dimension nouvelle. Ce livre est aussi une formidable introduction à la culture africaine. À travers l’anecdote (Le gendarme qui demande interloqué : où sont vos véhicules ?), les grands exposés du Lamido de Banyo (« Mon pouvoir a quelque chose de sacré. Je suis investi d’une force qui bénéficie à tous mes sujets. ») ou les solutions au problème africain du père Aurenche (« Nous devons faire le pari de l’humain dans l’autre. »), ce récit offre au lecteur une fresque émouvante et colorée de l’Afrique. À coup sûr, il deviendra un ouvrage de référence, aussi bien pour ceux que les voyages au long cours font rêver, que pour tous ceux que l’Afrique interpelle.

Il me reste quelques livres sur les chevaux et celui-ci est l’un d’entre eux.

Stéphane Bigot est un grand cavalier, qui a beaucoup voyagé avec femme et enfants.

Dans ses livres ils nous emmène avec lui découvrir de nouveaux paysages et des population différentes.

Dans celui-ci il part avec sa femme pour découvrir le Cameroun.

Ce récit à été écrit en 1994.

J’ai dévoré ce livre à cette époque.

Je montais à cheval et lisais beaucoup de livres sur le sujet.

Vous aimerez peut-être...

4 Commentaires

Audrey 4 avril 2019 - 17 h 38 min

Je ne connaissais pas du tout, merci pour la découverte 🙂

Répondre
Callistta 4 avril 2019 - 17 h 56 min

C’est un grand monsieur, que j’admire beaucoup.
J’ai lu tous les livres qu’il avait fait à l’époque.
Il ne me reste que celui-ci dans ma biblio.

C’était très intérréssant à lire.
Maintenant je ne pense pas que de tels voyages puissent être fait aussi facilement qu’a l’époque des récits.
Avec le térrorrisme et tout ce qui se passe, tout est plus diffcile.

Répondre
Carole - My-Bo0ks (@Car0le_) 5 avril 2019 - 9 h 44 min

Je ne connaissais pas du tout mais c’est sympa de découvrir justement 🙂

Répondre
Callistta 7 avril 2019 - 15 h 08 min

Oui là je pense que cela sera une découverte pour beaucoup de monde qui lira mon blog.

Répondre

Laisser un commentaire

ipsum Aenean lectus commodo suscipit consequat. adipiscing felis libero. eleifend id, fringilla
%d blogueurs aiment cette page :