Quand nos souvenirs viendront danser / Virginie Grimaldi

Par Callistta

« Lorsque nous avons emménagé impasse des Colibris, nous avions vingt ans, ça sentait la peinture fraîche et les projets, nous nous prêtions main-forte entre voisins en traversant les jardins non clôturés. Soixante-trois ans plus tard, les haies ont poussé, nos souvenirs sont accrochés aux murs et nous ne nous adressons la parole qu’en cas de nécessité absolue. Nous ne sommes plus que six : Anatole, Joséphine, Marius, Rosalie, Gustave et moi, Marceline. Quand le maire annonce qu’il va raser l’impasse – nos maisons, nos mémoires, nos vies -, nous oublions le passé pour nous allier et nous battre. Tous les coups sont permis : nous n’avons plus rien à perdre, et c’est plus excitant qu’une sieste devant Motus ». A travers le récit de leur combat et une plongée dans ses souvenirs, Marceline raconte une magnifique histoire d’amour, les secrets de toute une famille et la force des liens qui tissent une amitié.

Mon avis :

Je suis ravie d’avoir pu plonger dans le nouveau livre de Virginie Grimaldi.
Ce livre est superbe.


J’ai aimé faire partie de la bande des Octogeniaux le temps d’un livre.
Marceline et Anatole m’ont touché.
Les autres aussi bien sûrs.
Mais comme ce récit est raconté par Marceline je me suis encore plus attachée à elle.

J’ai aimé la découvrir jeune mariée, puis maman, et enfin grand-mère.
J’ai beaucoup aimé suivre l’évolution de sa vie avec Anatole et les autres habitants des Colibris.


Ces habitants de l’impasse des Colibris ne veulent pas se retrouver à la rue. Alors ils se lèvent et décident de faire front ensembles.
Et les voilà parti à échaudé des plans, des actions plus loufoques les unes que les autres.
J’hésite entre le supermarché et le rap sur YouTube, je ne sais pas lequel des deux est mon action préférée.
Marceline a su nous faire découvrir chacun des habitants des Colibris.

J’ai vibré avec eux au fil du récit et j’ai été trop triste de la fin de leur combat.

Et puis la fin complète du livre est très belle et triste en même temps.
Mais un amour comme celui de Marceline et Anatole me fait comprendre leur choix.

Avec  ce livre, Virginie Grimaldi nous parle d’amour, d’amitié, de la vie qui passe, de blessures du passé, d’accidents de la vie, de culpabilité, d’émancipation de la femme, d’histoire familiale.


Ce livre nous fait passer par tout un tas d’émotions et j’en remercie l’auteure.
Je me suis régalée avec cette lecture.

 

Vous aimerez peut-être...

3 Commentaires

Le Monde De Callistta | C’est lundi, que lisez-vous ? #15 3 juin 2019 - 9 h 02 min

[…] Quand nos souvenirs viendront danser / Virginie Grimaldi […]

Répondre
Apprentis Sages de la lecture (@apprentilecture) 3 juin 2019 - 15 h 22 min

(っ◔◡◔)っMerci pour ton retour, ça donne envie de le lire sans plus tarder !
J’ai adoré tous ses autres ouvrages.
Un régal d’émotion :o)
Et quel plaisir de retrouver certains personnages d’un livre à l’autre :o))

Répondre
Callistta 4 juin 2019 - 0 h 04 min

Il est tout aussi bien que les autres livres. Je me suis régalée et suis trop contente de l’avoir lue.

Répondre

Laisser un commentaire

efficitur. Nullam eleifend justo libero accumsan ipsum elementum odio
%d blogueurs aiment cette page :