Nos cicatrices / Rose Matthews

Par Callistta

« Quand Léna emménage en région parisienne, elle ne tarde pas à découvrir que son nouveau logement est mal isolé. Elle entend tout ce qui se passe chez son voisin, charmant, au demeurant, si l’on oublie ses horribles cauchemars à répétition.
Le problème, c’est que l’inverse est vrai et que Nathan est aux premières loges pour assister aux remontrances que la mère de Léna ne manque pas de faire à cette dernière à chacune de ses visites hebdomadaires.
Très vite, cet ancien militaire comprend que si certaines de ses cicatrices sont physiques et visibles, celles de Léna sont plus profondes et invisibles.
Il décide alors d’aider la souris à tenir tête au dragon, sans savoir encore que ce petit bout de femme lui permettra de retrouver le goût de vivre.

Nos cicatrices est un roman qui traite notamment de la violence psychologique et verbale de la part d’un parent et des traumatismes profonds qu’elle engendre chez celui ou celle qui en est victime.

J’ai découvert ce livre par hasard et j’ai de suite aimé le résumé.

Le sujet me parlait pas mal, car j’ai aussi connu de la violence psychologique dans mon enfance.

Dans ce livre on fait connaissance de Léna qui emménage en région parisienne et qui subit les affres de ses parents et surtout de sa mère qui est tout le temps à la rabaisser, à l’humilier a faire et refaire ce que Léna à fait alors qu’elle peut très bien se débrouiller seule. Léna subissant cette violence depuis son enfance continue de faire la maximum pour que sa mère ne la houspille pas, mais c’est peine perdue.

Les murs de son appartement étant pas très épais elle entend donc ce que fait son voisin et réciproquement.

Son voisin parlons-en, il s’agit de Nathan ex-militaire qui est perturbé par un traumatisme. Il entend donc tous les reproches que la mère de Léna lui fait et cela lui prend un peu la tête que sa charmante voisine subissent les affres de sa mère.

Tous les deux vont s’aider mutuellement dans ce livre, l’un va affronter son passé de militaire, l’autre va affronter son ‘dragon de mère’.

On les voit évolués tout le long du livre. Ainsi que leurs histoires.

J’ai beaucoup aimé ces deux personnages très attachants. Quand j’ai refermé le livre j’étaie triste de les laissés.

Ce livre n’est pas triste au contraire, il y a une belle histoire entre les deux personnages et l’on se pose aussi des questions sur notre vie personnelle en réfléchissant pour voir si nous aussi on subit des violences psychologiques.

Ce n’est pas évident à déterminer surtout quand c’est quelque chose que l’on subit depuis l’enfance et que l’on pense que c’est normal.

Je vous conseille cette chouette lecture avec laquelle j’ai passé un très bon moment.

J’ai dévoré le livre en une soirée tellement je ne voulais pas quitter les personnages.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :